Rechercher

Voyages Birmanie
Des Îles Mergui au coeur de la Birmanieretour aux voyages >

15 jours
7/12 participants
À partir de
3 630,00 €
Prochain départ le : 21/10/2017
LES POINTS FORTS :
  • Navigation  dans l'Archipel peu connu des Mergui
  • Visites de sites remarquables : Mandalay, Bagan, Lac inlé...
  • Excellent guide culturel francophone

Dans la Mer d'Andaman, au sud de la Birmanie, un archipel d'îles flotte entre jungle opulente et longues plages blanches. La solitude y est baignée d'une douceur que l'accueil chaleureux des pêcheurs qui habitent quelques îlots vient accentuer. La navigation dans l'Archipel des Mergui permet des plongées amateurs sur des sites préservées et splendides,la contemplation des tours de dauphins joueurs, de la nage somptueuse des loutres de mer; elle est ponctuée de balades, au-delà des estuaires de palétuviers sauvages, dans les forêts luxuriantes où il n'est pas rare de croiser quelques étranges bêtes: macaques, gibbons, léopards, varants, ....

Après cette exploration d'un monde peu familier aux voyageurs, l'itinéraire conduit sur les hauts-lieux du centre du pays pour la découverte des sites naturels et culturels qui rappellent la gloire des royautés birmanes: Mandalay, Paganet ses milliers de pagodes, le Lac Inlè et ses marchés colorés et animés...

Ce voyage exceptionnel, en alliant exploration et découverte traditionnelle, donne au voyageur d'approcher la Birmanie d'une façon singulière et particulièrement enrichissante.

WebAnalytics

lire la suite

NOS POINTS FORTS :

  • Navigation  dans l'Archipel peu connu des Mergui
  • Visites de sites remarquables : Mandalay, Bagan, Lac inlé...
  • Excellent guide culturel francophone

 

ITINERAIRE :

J.1-2 > Vol Paris – Yangoon. Accueil à l’aéroport et installation à l’hôtel. Petite visite de la ville et, aux dernières lueurs du soleil, de la Pagode Shwegadon, qui est un vaste ensemble de 5 ha composé de monastères, pagodes, temples, pavillons et stupas. C’est le sanctuaire le plus sacré du pays et il est fréquenté par les bouddhistes et les visiteurs du monde entier. Nuit à l’hôtel.

J.3 > Yangoon – Kawthaung.Vol en direction de Kawthaung à l’extrême sud de la Birmanie et découverte de cette ancienne ville coloniale et de son port traditionnel face à la mer d’Andaman. Nuit à l’hôtel.

J.4-6 > Kawthaung - Navigation Îles Merguis – Kawthaung.Départ pour 3 jours de navigation au rythme de l’eau pour explorer le magnifique archipels des Merguis.

Cet ensemble de plus de 800 îles éparpillées sur la mer d’Andaman, loin de tout, et encore préservé car longtemps fermé au tourisme est composé de magnifiques plages de sable blanc et d’îles fabuleuses à la végétation dense. Découverte des îles Nyaung Wee, Bo Cho, Lampi, Nga Man et Myauk Ni.

C’est un endroit absolument unique où l’on peut découvrir des îles vierges, une nature intacte et rencontrer les fameux “gitans” de la mer ; les Moken, qui vivent sur leurs bateaux et voyagent d’îles en îles. Au cours de la navigation dans l’archipel, exploration, en kayak, à pied et en nageant, cette région encore très isolée et qui se compose d’une végétation originel, luxuriante avec des mangroves encore absolument intactes.

Découverte des villages Moken et de leur mode de vie resté intact depuis des siècles. Les immensités de sable blanc et l’isolement est propice aux baignades et à la plongée (masques et tubas fournis par nos soins) dans l’eau turquoise et transparente. Nuit sur le bateau ou bivouacs sur les îles désertes.

J.7 > Archipel des Merguis – Kawthaung – Yangoon. Dernier jour du séjour en Mer d’Andaman et retour vers Kawthaung puis envol pour Yangoo. Nuit à l’hôtel.

J.8-9 > Yangoon-Mandalay. Départ en avion vers Mandalay et découverte culturelle de la ville et de ses alentours. Nuit à l’hôtel.

J.10-11 > Mandalay-Bagan. Transfert en bateau et journées consacrées à la découverte de ce lieu magique. Nuit à l’hôtel.

J.12 > Bagan-Lac Inlé.Transfert jusqu’à l’immense lac aux eaux couleur d’algue, aux îlots flottants, aux nombreux villages sur pilotis.
Les Intha, « Fils du Lac », y habitent…  Descendants d’un peuple qui aurait quitté la ville de Dawei dans le sud du Myanmar, au milieu du 14ième siècle, et migré vers le Lac Inle, pour échapper aux guerres incessantes que se livraient les Thaï et les Bamar, ils obtinrent du seigneur de Nyaungshwe la permission de s’installer sur le lac car toutes les terres étaient cultivées par les Shan. Nuit à l’hôtel.

J.13 > Lac Inlé – Vol pour Yangoon. Promenade sur le Lac, véritable marché flottant de fleurs et de légumes, et visite de la Pagode Phaung Daw Oo, du « Monastère des Chats sauteurs », du site de Shwe Inn Thein dont les premiers stupas furent construits il y a 2000 ans…

J.14 > Yangoon-Paris.Transfert à l’aéroport et envol à destination de Paris.

J.15 > Arrivée en France.

DU AU PRIX TTC Poser une option S'inscrire
21/10/2017 04/11/2017 3 750,00 € Poser une option S'inscrire
11/11/2017 25/11/2017 3 630,00 € Poser une option S'inscrire
23/12/2017 06/01/2018 3 750,00 € Poser une option S'inscrire
13/01/2018 27/01/2018 3 630,00 € Poser une option S'inscrire

D'autres dates de départ sont possibles dans le cadre de voyages à la carte, merci de nous contacter

Rappel : Si le nombre minimal de personnes n'est pas atteint un supplément par personne sera demandé. Le montant dépendra du nombre de participants.

LE PRIX COMPREND : Les vols internationaux et domestiques, les taxes aériennes et d'aéroport, les transferts en véhicule sur place, l'encadrement par notre équipe sur place (guides, chauffeurs), l'hébergement en hôtel (chambre double) et sur le bateau durant les journées de navigation, la restauration en pension complète sauf le dernier soir.

LE PRIX NE COMPREND PAS : Les assurances, les frais de visa, les dépenses personnelles, les pourboires, le supplément en chambre single et les boissons.

Les prix indiqués ne sont valables que pour certaines classes de réservation sur les compagnies aériennes qui desservent cette destination. Ils sont donc susceptibles d'etre modifiés en cas d'indisponibilité de places dans ces classes au moment de la réservation.

“Les prix comprennent les taxes aériennes qui varient en fonction des dates de départ et des compagnies aériennes.

Informations générales

Carte d’identité :

Nom : Union fédérale du Myanmar

Capitale : Yangoon (prononcé Rangoon)

Superficie : 671 000 km²

Population : 48 millions habitants

Régime politique : Dictature militaire

 

Formalités : 

Passeport valide minimum 6 mois après le retour, visa obligatoire (25 euros) + trois formulaires, trois photos d’identité couleur et une attestation de voyage, auprès de l’Ambassade à Paris. Ambassade du Myanmar : 60, rue de Courcelles (3e étage), 75008 Paris. M. : Courcelles. Tél : 01-56-88-15-90. Courriel: me-paris@wanadoo.fr. Ouvert du lundi au vendredi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30.

HORIZONS NOMADES peut se charger de l’obtention de votre visa sous condition de réceptionner à temps (environ un mois avant le départ) les éléments nécessaires. Le coût de l’obtention est de 20 euros/passeport.

 

Santé :

Aucun vaccin obligatoire pour les 2 pays, mais il est fortement recommandé d’avoir ses rappels à jour.

Recommandations : vaccins contre le choléra, la fièvre jaune ; éventuellement traitement antipaludéen. Se munir d’une bombe antirépulsive (Ex : Insect Ecran Peau).

 

INSTITUT PASTEUR : 03 20 87 79 80 Voyager n’est pas anodin. Nos organismes ne sont pas forcément adaptés aux conditions de vie d’autres latitudes. Pour réussir ces moments d’escapade, mieux vaut être informé, préparé. Ne pas hésiter à téléphoner à l’Institut.

 

 

Devise :

L’unité monétaire birmane est le kyat (prononcer « tchiatte »). Un kyat est divisé en 100 pyas.

Il ne faut compter en général que sur l’argent liquide. En effet, on ne peut rien régler par carte, il n’y a pas de distributeurs de billets et on ne peut pas changer les chèques de voyage. La carte bancaire est parfois accepté dans les grands hôtels.

Il est préférable de ne pas changer ses devises dans les banques mais au marché parallèle, à savoir dans certains hôtels, commerces, agences de voyages et même dans la rue. Le cours officiel donne environ 7 Ks pour 1 $, tandis que le change officieux (mais réel) vous en donnera environ 1000 Ks !

Les dollars américains sont plus faciles à changer que les euros et les grosses coupures bénéficient d’un meilleur taux.

Pour davantage d’information sur le change : www.oanda.com/convert/classic       

 

Décalage horaire :

En heure d’été : décalage de 4 h 30. Lorsqu’il est 12 h à Paris, il est 16 h 30 à Yangon.

En heure d’hiver : décalage de 5 h 30. Lorsqu’il est 12 h à Paris, il est donc 17 h 30 à Yangon.

Pour davantage d’information: www.horlogeparlante.com

 

Électricité :

L’électricité est de 230 volts, 50 Hz. Les prises électriques ne sont pas uniformisées. Il est utile d’avoir un adaptateur pour brancher ses appareils sur les prises anglaises à trois broches que l’on trouve encore dans le pays, même si ce n’est pas le cas partout. Il y a régulièrement des coupures ou des baisses brusques de tension. La lumière est alors blafarde... quand il y en a encore. De même, les climatiseurs peuvent alors s’interrompre.

Se munir d’une lampe de poche (ou frontale) est pratique d’autant qu’elle peut aussi servir pour visiter les temples. Prendre avec soi piles et ampoules.

 

Religion : 

Le bouddhisme (85%) est omniprésent dans la vie quotidienne des Birmans qui consacrent, paraît-il, entre 10 et 20 % de leurs revenus à l’entretien des pagodes et des prêtres. Ici, la religion est restée un fait social total. Les militaires sont aux petits soins avec le clergé par crainte de son autorité morale et de l’influence qu’il a dans le pays.

Au Myanmar, le bouddhisme se réclame de la branche Theravāda, dite du « Petit Véhicule ». Cela ne les empêche cependant pas de croire aux nat (les esprits). Les autres habitants se partagent entre chrétiens -souvent protestants, musulmans, hindous, animistes, etc...

Le culte animiste des nat provient d’Inde. La croyance est fondée sur le principe suivant : tout être, vivant ou non, est animé par un esprit. Le culte des nat consiste à se concilier les esprits par des sacrifices, plutôt qu’à les adorer. Le nat pwe est la fête des nat. Le plus célèbre est celui de Taungbyon, à 30 km au nord de Mandalay. Cette fête a lieu en août et dure 8 jours. On invoque les esprits en dansant, en buvant et en jouant de la musique.

La Birmanie regroupe, en sus de la majorité birmane de souche, plus de 130 minorités ethniques avec leurs langues et leurs cultures propres. Sept « races nationales » sont reconnues par le gouvernement : Shans, Môns, Krens, Krenni, Chins, Kachin, Rakhine. L’hétérogénéité de cette population est à l’origine des nombreux problèmes intercommunautaires qu’a connus le pays.

 

Climat :

Le pays comprend deux grandes zones climatiques : Yangon, au sud, plus exposé à la mousson et à l’humidité, et Bagan-Mandalay, au centre, plus chaud et plus sec.

Il y a, en gros, trois saisons :

- De juin à octobre : la mousson permanente de Yangon, noyé sous la pluie, en particulier en juillet et août. En revanche, le centre du pays est plus sec.

- D’octobre à mars : la meilleure saison, où que vous alliez. Elle est sèche, toujours ensoleillée mais pas trop chaude.

- D’avril à juin : la saison chaude. Difficilement supportable, en particulier à Bagan et à Mandalay.

Le soleil se couchant tôt, vers 18h, il est nécessaire de s’adapter à son rythme. Ce qui implique de se lever tôt (idéal pour faire les visites en ayant moins chaud), de faire la sieste aux heures les plus chaudes (après le déjeuner), de se balader à nouveau en fin d’après-midi et de dîner tôt.

Malgré une régularité générale qui nous permet d’apprécier les bonnes ou mauvaises périodes pour la visite d’un pays, la météo reste un paramètre imprévisible, il convient donc de se préparer au mieux en cas de conditions climatiques exceptionnelles et difficiles. 

Pour davantage d’information: fr.news.yahoo.com/meteo

 

Quand partir :

La meilleure saison pour aller au Myanmar s’étend d’octobre à mars. Il est préférable d’éviter la période d’avril à juin pour ceux qui craignent les grosses chaleurs, surtout si vous allez dans la région centrale, à Bagan et à Mandalay. Cependant, côté positif, il y a moins de touristes.

 

Géographie et paysages : 

C’est le plus grand pays du Sud-Est asiatique qui se divise en trois parties: la chaîne de l’Arakam à l’Ouest, la chaîne de Pegu et le plateau Shan à l’Est, les 2000 km de côtes sur le golfe du Bengale et de la mer d’Andaman.

Si le pays est généralement catalogué tropical humide, il jouit en fait d’une diversité de climats et de paysages peu commune sous ces latitudes. Hormis une longue bande côtière sur le golfe du Bengale et la mer d’Andaman, le pays est encerclé par un système montagneux qui dessine un fer à cheval qui l’a toujours protégé et isolé du reste du monde.

Le Myanmar central est irrigué du nord au sud par les fleuves Chindwin, Sittang et surtout par l’Irrawaddy, qui coupe le pays en deux. Les principaux axes de communication ont toujours été nord-sud.

Du nord au sud, il faut aussi distinguer le haut Myanmar et le bas Myanmar. Le second, centré autour de Yangon et du delta de l’Irrawaddy, connaît des moussons diluviennes, alors qu’autour de Mandalay, le climat est plus sec. La chaleur peut devenir insupportable en été, mais les hivers sont plaisants et tempérés (notamment sur les plateaux shan). 

La Birmanie, dans le sud-est asiatique s’étend, à partir de l’Himalaya, sur 2000 kms de longueur jusqu’à l’Isthme de Kra. Le Laos et la Thaïlande la bordent sur l’Est, Bangladesh à l’Ouest et la Chine et l’Inde au nord ; ses côtes sont baignées par la mer d’Andaman, le golfe du Siam et du Bengale, et l’océan indien.

Géographiquement, au nord, à l’extrémité orientale de la chaîne himalayenne se trouvent des sommets de plus de 5000 mètres. En son centre une vaste plaine très fertile est parcourue par l’Irrawady qui se déverse dans le delta de Rangoon

Composée de sept états et de sept provinces peuplées, elle forme une union fédérale, l’union du Myanmar.

 

Respect des coutumes : 

On ne touche pas à la tête de quelqu’un, même des enfants. De même, la claque amicale dans le dos n’est nullement dans les traditions et on serre rarement la main des femmes.

Eviter le doigt pointé vers le visage de quelqu’un, même pour étayer une explication. Ça peut être interprété comme une remontrance, voire une menace.

En entrant dans une maison, en présence de l’hôte, se pencher légèrement. Ce n’est pas un signe de soumission, mais simplement un geste de courtoisie. Enlevez vos chaussures si vous en notez d’autres rangées près de la porte et que vous avez affaire à un beau parquet ciré et à des tapis. En revanche, si l’hôte est chaussé ou si le sol est en dur, vous pouvez les garder. Possibilité de serrer la main de l’hôte, mais nul ne vous en voudra si vous ne serrez pas celle de son épouse. Les cadeaux s’acceptent de la main droite.

Au restaurant : si vous vous restaurez dans une gargote et que votre guide mange avec les doigts, vous pouvez bien sûr en faire autant. En revanche, dans un resto de ville, ça aurait l’air plutôt démagogique.

La politesse birmane ne permet pas en principe de manifester de la curiosité lors de la présence insolite d’un étranger. L’apparente indifférence est un signe de bonne éducation. Mais les gens vous manifestent cependant presque toujours un certain intérêt mâtiné de gentillesse.

Pudeur birmane : dans la rue, éviter les marques trop prononcées d’affection (se serrer tendrement, s’embrasser).

Ne pas parler de politique dans la rue : en Birmanie, sous la dictature militaire, on ne parle pas de n’importe quoi avec n’importe qui, ni n’importe quand. Notamment pas de politique.

Dans les pagodes et les temples, et souvent dans les monastères, il convient de retirer ses chaussures et ses chaussettes. Pas seulement à l’entrée de l’édifice, mais très souvent à celle de l’aire de la pagode. Pour la visite, contourner les bouddhas par la gauche.

On ne s’assoit pas dos au Bouddha et on ne pointe pas ses pieds dans sa direction, c’est très mal vu. De même, dans une grande pagode avec déambulatoire, en s’asseyant, ne pas tourner le dos au stûpa. Ne pas manquer d’effectuer un petit don dans la boîte destinée à cet effet

En principe, on ne serre pas la main d’un moine et, dans la mesure du possible, on ne s’en approche pas de trop près. On s’assoit plus bas que lui. Les cadeaux s’offrent avec les deux mains. On ne donne plus de nourriture à un moine après 12 h. Attention, on ne marche pas consciemment sur l’ombre d’un moine. Pour une femme, ne pas se trouver en situation de toucher un moine (bousculade, etc.).

Les Birmans sont à cheval sur la propreté. Rester propre et porter des vêtements décents est une marque de respect.

 

Le voyage

Groupe :

7 à 12 participants.

Bagages :

Pour rendre les manutentions aisées, il vaut mieux prévoir un sac à dos classique ou un sac souple. Le bagage de soute ne doit pas excéder 20 kilos. Pendant le vol, préférez le sac à dos pour les objets fragiles et pratiques (appareil photo, portable, livres de voyage...), la nouvelle réglementation interdit la présence de liquides.

 

Transport : 

En fonction du nombre de personnes -minibus ou voiture privée, bateau, vols intérieurs. Les vols intérieurs sont assurés sur des avions récents et en parfait état d'entretien.

 

Niveau : 

Les marches sont faciles. Il faut prévoir un petit sac à dos pour les affaires personnelles. 

 

Accompagnement :

Le circuit est encadré par un guide-accompagnateur birman francophone soucieux de partager la connaissance de son pays, de maintenir la cohésion et la bonne humeur du groupe.

 

Hébergement : 

Hôtels de bonne qualité, sauf pour quelques sites moins touristiques où le choix est plus restreint.

 

Gastronomie : 

La cuisine birmane est un mélange surprenant des influences ethniques du pays : bamar, môn, indienne et chinoise. Chaque région a sa spécialité. Les currys bamars sont les plus doux d’Asie. La plupart des cuisiniers ne mettent aucun piment dans leurs préparations, seulement un masala de curcuma, gingembre, ail, sel et oignon, avec beaucoup d’huile d’arachide et de pâte de crevettes. Sur la table, seront toujours à disposition des piments ou épices pour agrémenter le plat selon nos goûts. L’un des délices de la cuisine bamar est le tho, salade à base de légumes ou fruits crus mélangés à du jus de citron, des oignons, des cacahuètes. Généralement, le repas se termine par une salade de feuilles de thé vert humidifiées et pressées. Ce plat est en principe servi dans une assiette à compartiment pour pourvoir accompagner la salade avec du sésame, cacahuètes, petits pois frits, noix de coco, gingembre grillé ou autres, selon nos envies.Le pays est très riche en fruits tropicaux. La saison de la mangue commence au mois de juin et se termine en août. Ananas, bananes, pomelos se trouvent toute la saison.

Dans le circuit, la majorité des repas se fait dans des restaurants avec une alternance de cuisene locale et internationale.

Conseil: pour un petit groupe, choisir le voyage en demi-pension. Le guide aura plus de liberté pour vous emmener dans des restaurants typiques et peu coûteux.

 

Eau :

Se munir de bouteilles encapsulées. Rappel : les boissons ne sont pas comprises dans le prix.

 

Protection des sites : 

Chaque participant est responsable de la propreté des lieux de passage. Il ne faut rien laisser traîner (boîtes de pellicules, piles...) car l’équilibre écologique de ces endroits est fragile et la permanence des flux touristiques accroît les risques de dégradation.

 

Assurance :

Nous vous rappelons qu’en cas d’hospitalisation sur place ou de rapatriement, vous pouvez être couvert par une assurance personnelle. Si vous n’êtes pas couvert par cette dernière, Horizons Nomades vous propose une assurance globale qui couvre l’assistance rapatriement, l’annulation du voyage, l’interruption de séjour et les bagages. Son montant est variable en fonction du prix du voyage. Si vous disposez d’une assurance personnelle, vous pouvez souscrire une assurance « annulation » 

uniquement qui vous permettra d’être remboursé en cas d’annulation inattendue de votre voyage. Son montant est également variable en fonction du prix du circuit choisi. Merci de nous consulter pour plus de renseignements.

 

Inscription : 

Pour vous inscrire, il suffit de nous faire parvenir le bulletin d’inscription se trouvant à la fin de cette fiche technique ou en fin de brochure, ou sur notre site internet : www.horizonsnomades.com, dûment complété, accompagné d’un acompte de 30% du montant total, à l’agence de Strasbourg : Horizons Nomades, 4 rue des Pucelles, 67000 STRASBOURG.

 

Télécharger le bulletin d’inscription

Equipement personnel

Vêtements :

- pantalons amples (possibilité de prendre aussi des robes et jupes amples)

- chemises légères

- un pull bien chaud pour les soirées

- une paire de sandales et une paire de tennis pour les marches des visites

- un K-way ou une cape de pluie

- chapeau ou casquette

- une paire de gants (laines, Polartec ou Windstopper)

- maillots de bains

 

Pour la visite des temples, prévoyez des chaussures qui s’enlèvent facilement, car il faut marcher pieds nus. Evitez les pantalons courts, minijupes et jeans en mauvais état. Les dames voudront bien également éviter les décolletés trop accentués.

 

Chaussures : 

- une paire de chaussures de marche légère

 

Accessoires nécessaires : 

- une paire de lunettes de soleil

- lampe de poche ou frontale (se munir des ampoules et des piles)

 

Trousse de toilette :

- une crème de protection solaire

- un baume pour les lèvres

- elastoplast et double peau

 

Pharmacie : 

Une pharmacie de premier secours est fournie pendant le voyage. Cependant, pensez à prévoir une petite pharmacie individuelle :

- antidiarrhéique

- collyre

- antiseptique

- analgésique

- répulsif antimoustiques

- sirop contre la toux

 

Photo/Vidéo : 

Pour les appareils numériques, se munir par précaution d’au moins 2 batteries. Pour les appareils argentiques, il faut penser à s'approvisionner en pellicules et films avant le départ.

Evitez de prendre des photos de gens si vous n’avez pas leur assentiment. Il est généralement interdit de filmer dans les lieux saints ou militaires. Dans plusieurs sites touristiques, historiques ou religieux, il faut s’acquitter d’une taxe pour pouvoir photographier.

Bibliographie

Guides

Birmanie, Guide Nelles Verlag, 2006
Myanmar, Guide Lonely Planet, 2003

Récits, littérature, ouvrages illustrés :
Terre d'Or, Norman Lewis, éditions Olizane
Retour en Birmanie, Claude Schaulli, éditions Olizane
Une histoire birmane, George Orwell, éditions Ivrea
La Vallée des Rubis, Joseph Kessel, éditions Gallimard
Le Pont de la Rivière Kwaï, Pierre Boule, éditions Pocket
Les Pagodes d'Or, Pierre Loti, éditions Kailash
La Dame de Mandalay, de A. Jones, éditions Presses de la Cité
Le Palais des Miroirs, de A. Gosh, éditions Seuil
Le Riz de Rangoon, de F. Marinacee, éditions Kailash
Sur la route de Mandalay, de Mya Than Tint, Editions Olizane
Fils et Maîtres du Lac, éditions CNRS

Carte routière :
Myanmar 1/1 500 000e, Nlles maps, 2001

Pour poser votre option, nous vous invitons à compléter le formulaire ci-dessous, ce qui nous permettra de vous joindre pour vous informer des disponibilités et vous fournir les renseignements que vous êtes susceptibles d'attendre.

Ce formulaire fait l'objet du dépôt d'une option. Pour une inscription, vous pouvez choisir l'onglet correspondant : "s'inscrire" ou nous contacter par téléphone au 03 88 25 00 72 ou par mail : contact@horizonsnomades.fr.

(* : zones de saisie nécessaires)

Conformément à la loi n° 78-71 du O6/01/1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations saisies ne seront en aucun cas transmises à un tiers, elles pourront faire l'usage d'un élément de prospection ou d'information émanant de la société Horizons Nomades ou de toute autre entité associée.